Nuit Chopin 2018

Belle soirée romantique au Château d’Ars en hommage à Chopin

La « Nuit Chopin » a eu lieu le 16 octobre dernier au Château d’Ars dans le Berry. Chaque année, cet événement réunit des admirateurs du compositeur pour une grande soirée musicale en commémoration de sa mort survenue dans la nuit du 16 au 17 octobre 1849.

 

Organisée par l’Association Musique au Pays de George Sand, productrice du Nohant Festival Chopin, cette soirée, fidèle à l’atmosphère intimiste des concerts donnés par Chopin à son époque, a proposé trois récitals et un dîner aux chandelles dans les salons de l’ancienne demeure du Docteur Papet, le médecin qui a soigné Frédéric Chopin à son retour de Majorque. Deux pianos Pleyel ont été joués lors de la soirée, l’un de 1920, grande époque de la marque Pleyel au XXe siècle, ainsi qu’un autre Pleyel, de 1846 cette fois, identique à ceux sur lesquels l’artiste composait lors de ses séjours à Nohant.

Comme chaque année, ce rendez-vous annuel a été l’occasion de découvrir de jeunes artistes aux parcours prometteurs, distingués par Yves Henry, le Président du Festival. Symbole de l’universalité de la musique de Chopin, l’édition 2018 était placée sous le signe de l’International, les quatre pianistes sélectionnés venant de plusieurs pays, le Japon, la Pologne et la France.

Lors du premier récital, le public a ainsi pu écouter deux pianistes japonaises, lauréates en mai dernier du Nohant Festival Chopin Piano Competition in Japan : Mitsuko Moriyama qui a donné entre autres une interprétation toute en nuance et en retenue de la Ballade op. 23 n°1 de Chopin ainsi que Tsuzuru Inada, la plus jeune participante d’une Nuit Chopin, âgée seulement de 10 ans. Plébiscitée par un public conquis par son interprétation enlevée de deux Valses de Chopin, Tsuzuru a joué plusieurs bis dont voici un extrait :

Pour conclure la première partie, Yves Henry a fait partager à l’auditoire un grand moment d’émotion en interprétant l’Étude en ut dièse mineur op.25 n°7, la Ballade n°4, la Barcarolle op.60 ainsi que les Valses op.18 et op.34 sur le Pleyel 1920 dont la sonorité donnait tout son relief à ces chefs-d’œuvre.

 

Après le dîner aux chandelles, le pianiste français Antoine de Grolée a délivré le programme central de la soirée. Primé au Concours International Marguerite Long à Paris, il a figuré en septembre 2018 parmi les six finalistes du 1er Concours Chopin de Varsovie sur instruments d’époque. Le public a salué son interprétation à la fois virtuose et sensible de la Ballade n°3 op. 47, des quatre Mazurkas op. 30, ainsi que de l’Andante spianato et Grande Polonaise.
Puis la jeune Polonaise, Agnieszka Korpyta a conclu la soirée. Sélectionnée par l’Institut Frédéric Chopin de Varsovie et figurant également parmi les candidates de la 1ère édition du Concours Chopin de Varsovie sur instruments d’époque, elle a joué des œuvres de Chopin composées à Nohant dont la Sonate n°3 en si mineur op.58 à laquelle il s’est consacré pendant tout l’été 1844. Puis sur les notes finales du Nocturne n° 27 joué sur le Pleyel 1846 avec un sens parfait des couleurs s’est achevée cette soirée romantique qui venait clore en beauté la 52e saison du Nohant Festival Chopin.